Industries
Now Reading
Les prothèses plus medica OT conçues par fabrication additive

Les prothèses plus medica OT conçues par fabrication additive

by Gaëtan Lefèvre8 février 2017
Partage :

La société plus medica OT, fournisseur d’équipements médicaux, s’est tournée vers la fabrication additive, et EOS, pour développer, construire et produire des prothèses orthopédiques. Aujourd’hui, l’entreprise produit des supports de qualité, rapidement, tout en personnalisant chaque prothèse.

Question d’orthèses

Le travail des techniciens orthopédiques se limite, généralement, à des productions individuelles. La forme, la fonctionnalité et l’épaisseur des matériaux sont définies en fonction des besoins de chaque patient. Ainsi, pour la réalisation de structures complexes, les processus de fabrication traditionnelle (coulée, formage, modélisation et fraisage) sont longs et coûteux.

Dans la conception de prothèses, les techniciens orthopédiques doivent lever les contraintes suivantes.

  • Structures complexes liées à la forme, la fonction et la taille de la prothèse ainsi qu’à la personnalisation de chacune d’entre elles.
  • Contraintes de temps car les besoins des patients sont urgents.
  • Reproductibilité puisque certaines prothèses doivent êtres remplacés souvent, comme celles des enfants en pleine croissance.

La fabrication additive au secours des techniciens

Pour pallier ces problèmes, depuis 2015, plus medica OT a recours à la fabrication additive. Avec l’aide des systèmes de production et des services de conseil d’EOS, l’entreprise produit ses orthèses plus rapidement et surtout à un prix plus faible. Cette technologie permet à la fois d’améliorer la prise en charge des patients, le coût de la prothèse mais aussi de simplifier la tâche des techniciens orthopédiques.

EOS fournit les systèmes et matériaux nécessaires à plus medica OT. Elle assiste également les utilisateurs de ses solutions de fabrication additive pendant le processus de développement et de production. « Nous avons bénéficié des conseils et des solides compétences de notre partenaire EOS, notamment dans le choix du matériau le plus approprié », explique Alexander Hulk, responsable produits chez plus medica OT.

La conception d’une orthèse

Aujourd’hui, pour fabriquer une orthèse, un technicien orthopédique réalise un moulage en plâtre. Ce modèle est ensuite envoyé, avec un bon de commande, à plus medica OT. Il est numérisé avec un scanner 3D, puis, à l’aide d’un logiciel de CAO, la société transforme le fichier et envoie les données au système de production EOS P 396. La pièce est fabriquée couche par couche à partir d’un polymère à base de nylon. Ce matériau présente une grande rigidité et une forte résistance aux chocs, ce qui réduit le risque de blessure pour le patient.

Étant possible d’intégrer différentes épaisseurs, l’orthèse peut posséder certaines parties souples et d’autres plus rigides. Des pièces standard, comme les articulations, les fermetures, ou les bandes velcro, peuvent être intégrées, à n’importe quel endroit. Tout comme les perforations qui servent à améliorer la respirabilité. Enfin, la fabrication additive permet d’améliorer l’esthétisme de la prothèse. Aujourd’hui, les prothésistes de plus medica OT, comme leurs patients, ne souhaitent plus revenir à la fabrication traditionnelle.

About The Author
mm
Gaëtan Lefèvre

Leave a Response