Equipements
Now Reading
Système de fabrication additive de polymères EOS P 500

Système de fabrication additive de polymères EOS P 500

by Gaëtan Lefèvre16 novembre 2017
Partage :

EOS présente, actuellement sur le salon Formnext 2017, son système de fabrication additive EOS P 500. Cette machine, conçue pour les entreprises souhaitant produire des pièces polymères en série, est capable de traiter des matériaux à des températures pouvant atteindre 300 °C.

Une vitesse de fabrication multipliée par deux

Le système de fabrication additive EOS P 500 est, selon la société, deux fois plus rapide que le système de frittage laser actuel EOS P 396. Grâce au double dispositif de fusion laser de la poudre et au nouveau régénérateur de couches, la machine applique une nouvelle couche de poudre sur la plateforme de fabrication à une vitesse élevée de 600 mm/s, avec un maximum de précision.

Le flux des matériaux a également été optimisé. Contrairement aux systèmes précédents, l’EOS P 500 préchauffe les matériaux polymères avant leur application sur la plateforme de fabrication, réduisant ainsi le temps de dépôt des couches. Le système peut également réutiliser toute la poudre recyclée pour la tâche suivante avec un débit de remplissage plus élevé.

Enfin, les étapes antérieures et postérieures au procédé de fabrication ont été simplifiées. Le préchauffage et le refroidissement du caisson s’opèrent en dehors du système. La permutation des caissons interchangeables est par ailleurs extrêmement rapide. Ainsi une quinzaine de minutes après la fin d’un travail de fabrication, une nouvelle production peut être démarrée.

Des solutions de surveillance et d’intégration

Le système EOS P 500 est livré avec plusieurs solutions de surveillance et d’intégration. L’évaluation des données, qu’elle soit sensorielle ou optique et thermique, permet un affichage des niveaux d’oxygène résiduel ou de la température de la chambre de fabrication. Grâce au logiciel EOS Connect, les données des machines et de production sont collectées et accessibles en temps réel. EOS fournit également une application intuitive permettant de visualiser les données sur un tableau de bord.

L’intégration du logiciel joue un rôle important dans la préparation de la tâche de fabrication additive. L’EOS P 500 est pris en charge par le logiciel de FAO EOSPRINT 2, déjà compatible avec un grand nombre d’imprimantes de métaux de la société. Ce dernier permet aux ingénieurs d’attribuer et d’optimiser les paramètres de leurs données de CAO. La connectivité industrielle avant, pendant et après le procédé de fabrication additive permet l’automatisation des chaînes de production de polymères.

Traitement des nouveaux matériaux

Le système EOS P 500 peut traiter des matériaux polymères jusqu’à 300 °C tels que : le PA6, le PBT, le PET, le PPS, le PEKK et d’autres. Une unité de filtration triple empêche le dégazage des matériaux et la contamination par les particules. Ce système de fabrication additive polymères répond à de nombreux besoins industriels, notamment dans les secteurs de l’automobile ou de la fabrication de composants électroniques.

EOS a annoncé que le premier polymère hautes performances disponible pour ce système sera le PEKK. La société envisage ensuite de signer un accord de développement conjoint avec Arkema, fabricant de produits chimiques et de matériaux avancés, afin de développer un matériau EOS basé sur la gamme de produits PEKK KEPSTAN®. D’autres sociétés pourront également créer des matériaux pour ce système.

Materialise a acquis le premier système EOS P 500.

About The Author
mm
Gaëtan Lefèvre

Leave a Response