Magazine
Now Reading
Test de l’imprimante 3D Volumic 3D Stream 20 Pro

Test de l’imprimante 3D Volumic 3D Stream 20 Pro

by Gaëtan Lefèvre23 février 2016
Partage :

La société Volumic 3D, conceptrice niçoise d’imprimantes FDM, a lancé sa première machine en 2013. Dédiées aux PME, TPE, artisans, bureaux d’études, sociétés de prototypage, écoles et particuliers, ces machines s’appuient notamment sur la technologie Reprap. La « Stream Pro 20 » est une imprimante de bureau multi-matériaux et polyvalente.

Par Florian Berthelot, responsable CAO/3D chez F3DF, Formation 3D France.

impression volumic 3d a3dm magazine

Pour ce premier numéro d’A3DM Magazine, la société F3DF (Formation 3D France) a testé l’imprimante 3D Stream 20 Pro, de Volumic 3D. Entreprise entièrement dédiée à la 3D, F3DF répond aux besoins d’un public de professionnels souhaitant se former et s’informer sur les évolutions du monde de la 3D : modélisation, rendu, animation, numérisation et impression 3D. Son expérience dans le domaine offre un regard spécialiste sur cette machine de bureau.

Mise en route

À la livraison du colis fourni par Volumic 3D, nous y déballons l’imprimante, ainsi qu’un câble USB, un câble d’alimentation, une carte SD, un lecteur multicartes, un plateau de verre et divers outils de maintenance : scalpel, clés allen, aiguille de débouchage des buses, clé, pinces ainsi que de la laque 3D en spray. Une fois tout le matériel exposé sur le bureau, nous nous attaquons au manuel d’utilisation et à l’installation du logiciel Repetier Host. L’imprimante 3D Stream 20 Pro est livrée avec le logiciel de tranchage Repetier Host ainsi que les fichiers de configuration pour Slic3r. Il est possible de trouver sur le site Internet de Volumic 3D d’autres fichiers de configuration pour utiliser un autre logiciel de tranchage comme Cura ou Simplify3D. Pour une même pièce, le résultat de l’impression sera de meilleure qualité lorsqu’il est divisé par le logiciel payant Simplify3D. Pour un logiciel gratuit, favorisez plutôt Cura qui est une bonne alternative au sein duquel le tranchage est mieux géré que celui de Slic3r.

Il faut maintenant s’attaquer à la mise en route et à l’étalonnage de l’imprimante 3D. Cette étape est assez simple à réaliser. Il faudra faire attention à bien couper le file pour le chargement d’une nouvelle bobine. Il est possible que ce dernier bloque un peu. Le support bobine est réglable pour fonctionner avec toutes les tailles, même s’il pourrait être amélioré en optimisant sa stabilité pendant l’impression. Le panneau de contrôle est simple et agréable à utiliser. Son interface est disponible en français et sa navigation très intuitive. La sélection d’action se fait avec un seul bouton en « tourner/cliquer ». La tête d’impression est équipée d’un capteur de filament. L’impression se met en pause lorsqu’il n’y a plus de filament. Pour relancer la machine, il suffit d’en charger un nouveau. Afin de réussir une bonne impression, nous vous conseillons d’étalonner au mieux votre plateau et de le recouvrir de laque (laque fournie avec l’imprimante) ou d’un film adéquat pour votre matériau d’impression. L’étalonnage est semi-automatique. Le gap est automatique, alors que le niveau est manuel. L’imprimante 3D peut être branchée directement par USB sur un ordinateur pour faciliter le déplacement des axes pendant le process d’étalonnage.

panneau controle volumic 3d a3dm magazine

Premières impressions

Après plusieurs objets imprimés, notre retour est plutôt positif. La qualité générale d’impression est très bonne, même si les résultats sont différents en fonction du logiciel de tranchage utilisé. Nos premières impressions ont été découpées à l’aide de Repetier Host et de Slic3r. Le résultat n’était pas optimum. Du coup nous avons changé pour Cura et nous avons pu constater une nette différence de résultat. Nous avons imprimé une turbine composée de plusieurs pièces trouvées sur le site Thingiverse (photos ci-dessous). Cette impression a été réalisée en ABS. Les pièces ont un très bon état de surface et la qualité de l’assemblage est bonne. Nous avons aussi, pour tester cette machine, réaliser un projet de micro-filtre, découvert sur le salon 3DPrint, cette année. Il s’agit d’un treillis de 0,3 mm imprimé en PLA avec une buse de 0,25 mm. Ce test montre la capacité de la machine à descendre à une échelle de 15 microns. Le résultat obtenu avec l’imprimante 3D Stream 20 Pro est surprenant. Elle est l’une des imprimantes FDM les plus précises que nous ayons testé jusqu’à aujourd’hui.

Turbine impression 3D a3dm magazine Turbine 2 volumic 3d a3dm magazine

Aéromodélisme

Pour compléter ce test, nous avons rencontré René Lempereur qui produit des plans et des maquettes d’avions équipés de réacteurs. Pour réaliser son travail d’aéromodélisme, il utilise des imprimantes 3D Volumic. Son métier a été bouleversé par l’arrivée de la fabrication additive qui a remplacé l’usinage. L’impression 3D a transformé sa manière de travailler. Depuis 40 ans, il dessine ses plans CAO et produit ses pièces. Aujourd’hui, il répond à des demandes comme celui d’un projet actuel de drones en Europe. Il réalise aussi des projets de modélisme personnels comme l’on retrouve sur son site Internet.

Avec près de 600 heures d’utilisations, dont la production de pièces pendant 40 heures, l’imprimante 3D Volumic de René n’est jamais tombée en panne. Et si un problème se pose avec la machine, Volumic est une « société française, ce qui permet de contacter directement le fabricant ». René est très satisfait de son imprimante, principalement, pour ses qualités techniques. « Il s’agit de l’une des rares machines possédant un plateau de 200 mm (ou 300 mm) sur 250 mm. Alors que la plupart des autres machines ont des petits plateaux de 200 mm sur 120 mm. Il est aussi la possibilité de chauffer le lit à des températures élevées. Vous pouvez également utiliser tous les fils vendus, du PLA comme de l’ABS. Généralement, ces machines sont très limitées. Enfin, Volumic a conçu une machine où tout est ouvert. »

La société française Volumic 3D propose, avec l’imprimante 3D Stream 20 Pro, une machine multi- matériaux de bureau aboutie. Multi-usages, précise et complète au niveau des réglages, elle conviendra aux bureaux d’études et service R&D des designers pour du prototypage ou de l’outillage rapide mais aussi aux architectes et autres professionnels souhaitant, par exemple, valider des formes ou concepts. Si nous aurions aimé un système de plateau plus abouti, nous avons particulièrement apprécié la finition du produit, sa stabilité, sa possibilité de gérer plusieurs matériaux et différentes tailles de filaments, le capteur de fin de filament et la modification des réglages en cours d’impression.

Prix : 3 420 € TTC (2 850 € HT)

About The Author
mm
Gaëtan Lefèvre
1 Comments

Leave a Response